J'aime ça

 


Il m’a prévenue que, cette fois-là, je goûterai à une sévérité inédite. Je ne suis pas sûre de pouvoir encaisser. Je ne tiens pas la meilleure des formes. 

Je n’ai pas franchi la porte depuis deux minutes que je suis déjà à genoux, à défaire son pantalon. Fatiguée, mais pas moins affamée. Sa queue, comme toujours, m’a manqué. Il m’a manqué.

Vient le moment où sa bite prend possession de ma gorge, puis quand sa main s’abat sur ma joue pour avoir bêtement levé les yeux vers lui. Ce moment quand il me baise la bouche en me plaquant la tête contre le mur, et quand le sang me bat les tempes à m’en coller la migraine. Toutes ces étapes font s’évanouir la fatigue, le doute, et quelque-part, le stress de le revoir. 


À quatre pattes sur un fauteuil, ou bien debout contre le mur, il m’interroge : « Combien ? » , il demande, sa main au-dessus de mon cul.
Je ne veux pas moins que la dernière fois, je ne sais pas combien je veux, combien je peux. Je cherche mes limites, je cherche toujours la réponse qu’il veut entendre.

Il me fouette tellement fort. Mais au bout de 10, mon cul est déjà douloureux. Je crie. Je me débats. J’esquive. Je me replie sur moi-même. Je flippe du prochain coup.
Il le voit.
Ça lui plait. Non, ça l’excite : sa main a pris la mienne pour la poser sur sa queue, raide.
Il me frappe, je le branle.
Plus j’ai mal, plus il bande.
Et ma chatte coule de lui être ainsi soumise. Je lèche mon envie sur ses doigts.


Il me frappe et il m’encule.

Petite Souillon…
… tu es venue pour te faire enculer dans un hôtel, hein ? 

True. 

- Petite Salope Anale, tu es ma chienne.

Je voudrais répondre.
Je voudrais lui dire : « Monsieur, n’arrêtez pas. Continuez ». Je gémis à la place, et je jouis à m’en faire péter les tympans. Et… J’ai mal.

- Tu vois que je suis gentil avec toi…

Il sait que je ne tiens plus. Et pourtant, j’aimerais pouvoir lui dire : « S’il-vous-plait, Monsieur, corrigez-moi encore plus fort. »

La petite boite à fantasmes s’active : et s’il ne m’écoutait pas et me cassait ? Qu’il me frappe partout où il peut m’atteindre ? Au fond, j’ai envie de ça.

Je veux en chialer.

J’ai failli, ce jour-là. Sous les coups de la badine et lorsque son chibre a écarté mon cul, quand il l’a ouvert. 

Il sert à ça, mon cul. À étreindre sa bite. 



Dis que tu aimes ça.

- J’aime ça.

- Encore.

- J’aime ça ! 

Et je le répète jusqu’à ce qu’il me remplisse les entrailles. 

Les mots sortent tout seul. Mais c’est juste si vrai. 


Mon cul lui appartient. Je lui appartiens. Et j’aime ça.

Commentaires

  1. J'ai adoré. évocateur, bien rédigé, bien illustré. Que d'émotions suscités par cette lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le redis mais c'est un texte bouleversant!

      Supprimer
  2. Et bien heureusement que j'ai encore du temps devant moi, j'aurais eu l'air malin avec la gaule en reprenant ma formation.

    Il y a toujours quelque chose que je trouve curieux avec les autres dominants, vous avez l'interdiction de le regarder dans les yeux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un jeu qui fait partie de notre rituel... je peux le regarder (et m'en prive pas) après son autorisation ;)

      Supprimer
    2. J'avoue, c'est votre faute en fait.
      C'est un détail qui revient souvent dans les relations D/s, beaucoup de dom ne tolère pas que leurs subs les regardent dans les yeux et j'avoue que je ne comprends pas.

      Supprimer
  3. I don't know why but it suddenly got very hot in here.

    RépondreSupprimer
  4. Pfiou.... J'adooooore! 😍😍

    RépondreSupprimer
  5. Ohhhh papillon dans le ventre 🤤

    RépondreSupprimer
  6. Tout est dit... Définitivement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Croyez-moi, j'suis loin d'avoir tout dit ;)

      Supprimer
    2. et pourtant.... Mais oui je suis sur que ton Maître ne s'en lasse pas... Et moi de te lire non plus

      Supprimer
  7. J'adore le "salope anale"

    RépondreSupprimer
  8. "Il sert à ça, mon cul. À étreindre sa bite."
    J'addoorrrrreeee !!!
    Bravo :)
    Et votre blog est très bien fait aussi. Je viens juste de le parcourir. Bravo encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me touche beaucoup ! Bienvenue sur Zéro de Conduite :)

      Supprimer
  9. Je dis que le récit est très excitant, illustré comme il faut (oui, très belle queue, M !), et très troublant à exposer sans qu'on la comprenne vraiment cette étonnante ambivalence plaisir-jouissance/douleur (cette pierre fondatrice du bdsm...)

    RépondreSupprimer
  10. Tellement bien écrit! Mille merci!😍

    RépondreSupprimer
  11. Oh, j'ai trouvé ça très excitant. J'adore la façon dont tu décris les choses. J'aime aussi me sentir chienne et (légèrement soumise) même si j'ai du mal à comprendre pourquoi on voudrait se faire faire du mal comme ça. Mais peu importe, chacun ses plaisirs! xxx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. =) Je vous répondrais, chère Alexandra, qu'il y a quelques temps devant des photos de postérieurs cramoisis, je jurais "Moi, jamais ça !". Les envies évoluent :)

      Supprimer
  12. Quel belle histoire !!!
    J'aime ça beaucoup ...

    RépondreSupprimer
  13. WoW ! Ça suinte et dégouline même, de passion, désir, intensité, incandescence... En 30 secondes de lecture la température est montée de 15 degrés ! 🔥

    RépondreSupprimer
  14. Moi qui aime la lecture je suis servi !

    RépondreSupprimer
  15. Waouh ! On y est ! Quelle verve !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci MagmA ! Vous avez cependant mal orthographié "quelle verge" ;-) Mais je comprends que ayez été distrait ...

      Supprimer
    2. Vous l'avez compris, Ellow, je parlais de votre texte... Je vous laisse le plaisir de la verge que vous semblez gouter avec délectation !

      Supprimer
    3. De temps en temps, je me laisse aller à quelques grivoises taquineries

      Supprimer
    4. et vous avez le laisser aller foutrement taquin, ce me semble...! Merci de vos mots et du partage de vos grivoiseries, Ellow

      Supprimer
  16. Superbement écrit, comme d'hab !

    RépondreSupprimer
  17. Ha...quand on aime... :)

    RépondreSupprimer
  18. Ah la gourmandise !!! à consommer sans modération !!! Excellent pour la santé !!!

    RépondreSupprimer
  19. impossible de décrocher du texte, l'ambiance était palpable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup TM :) Ravie que mon univers vous parle !

      Supprimer
  20. Zéro de conduite mais 20/20 !
    J’aime cette perversité sensuelle et cet érotisme pornographique.
    Dans votre bouche, les mots prennent une délicieuse saveur. Et votre bouche ne prend pas que des mots.
    Merci de nous livrer ainsi, sans pudeur et sans retenue, votre relation étroite et fusionnel avec Lui.
    J’attends avec délectation vos prochaines souffrances.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Lord Stephen, et bienvenue sur Zéro de Conduite :)
      Merci beaucoup pour votre évaluation ma foi fort généreuse... puissent mes prochaines copies continuer de vous satisfaire !

      Supprimer
  21. Tes textes sont saisissants, merci de ces partages. J'aime l'authenticité qui s'en dégage, c'est cru mais "vrai". Et je trouve tes mots forts... bien choisis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue sur Zéro de Conduite, Eva ! Tu as bien cerné la ligne que j'essaie de tenir, et ça me touche beaucoup que tu y sois sensible... J'espère que je saurai écrire d'autres textes qui te parleront :)

      Supprimer
    2. Je souris à ton commentaire. Pour écrire des textes comme les tiens il faut vivre intensément les situations évoquées(c'est l'authenticité dont je parlais et à laquelle je suis très sensible oui). Moins que du savoir faire ou écrire(tu as l'air déjà très douée😉), je te souhaite du coup de vivre des moments intenses et de trouver encore et toujours les bons mots pour nous raconter et nous régaler. Pour l'instant c'est gagné !Chapeau Madame ! Un vrai plaisir que de te lire.

      Supprimer

Publier un commentaire

Laissez votre marque...

Articles les plus consultés